Le Bol d’or 2013

10 Avr 2013 | HISTOIRES, REPORTAGE

Magny-cours 2013

Ahhhh… le bol d’or….
Ahhhh… l’ambiance « motard », les discussions de motards avec leur nombreux, que dis-je… leurs innombrables sujets de conversations…
le sens de l’humour motard, l’odeur du motard le soir au fond de la tente…
le blouson du motard, microcosme vivant, biosphère à lui tout seul…
la solidarité du motard qui s’arrête vers son compagnon en panne (à condition qu’il ne roule pas en BM, ou en Guzzy, ou en japonaise, ou en Harley (liste non exhaustive)…

 

Sidi Larsen - Bol d'Or Magny-cours

 

Moi, mon dernier bol d’or en tant que motard c’était à l’époque du Castelet : traversée de la France avec mon 500 XT après quoi, même quand tu dors, tu vibres encore pendant une semaine. La sensation unique d’avoir le cul plat, l’arrêt au feu rouge quand tes genoux refusent catégoriquement de se déplier (et que donc, Newton aidant, tu t’affales comme une merde en position du foetus devant les automobilistes interloqués), les doigts qui restent accrochés au guidon, le cerveau qui reste à l’intérieur du casque (avec les oreilles) et les légendaires 20 kg de moustiques ingurgités au kilomètre (valeur énergétique pour 100 gr : protéine 3 gr, gasoil 12 gr, fibres 5 gr…).

 

Lady Fuel - Bol d'Or Magny-cours

 

Comme j’ai toujours eu beaucoup de chance, cette année là fut celle des inondations à Nimes, ce fut aussi une des rares fois où la course due être stoppée à cause de l’eau sur le circuit. Vu que je suis quelqu’un de prévoyant, ma copine de l’époque et moi avons monté la tente en arrivant avant d’aller rejoindre les gens de notre espèce devant le concert de Motorhead. A l’heure où j’écris ces mots, ma tente doit y être encore vu que je ne l’ai jamais retrouvée et ma copine a dormi dans celle de mon meilleur pote !
Mais bon, tout ça c’était l’époque où le motard roulait toute l’année, son corps ne quittait plus la position de conduite et la petite ballade du dimanche signifiait 500 bornes minimum.

 

Bol d'Or 2013 - Magny-cours

 

Ainsi quand « Lady Fuel » m’a proposé de photographier leur concert à Magny-cours, avec accès gratos et sandwich à la bière, j’ai tout de suite accepté pour voir… « les progrès ».
Et des progrès, il y a en a ! technologiques d’abord : à force de rajouter des lettres aux noms des machines, ils rivalisent avec les médicaments, ou des vaisseaux spatiaux dans Sankukaî…
La mécanique aussi à suivi, elle permet de dépasser les 300 km/h, de freiner en moins de 2,5 m, de faire frotter les poignées de freins dans les virages, tout ça dans un pays où il est interdit de dépasser les 90 km/h !
Le language aussi à pas mal évolué : passé 23 h , le motard ne dispose plus que de 8 mots (dont 4 insultes) et entièrement dépourvus de consonnes !
Pauvre Darwin …

 

Le Team BMRT 58 - Bol d'Or 2013 - Magny-cours

 

Mais j’avais surtout envie de voir l’ambiance de la nuit, les débordements, les délires, les fêtes, les javas… ces moments où l’animal prend le dessus, où le mâle traine sa compagne par les cheveux (ou l’inverse), bref, je voulais voir… le PARKING EST !
Mais les habitués m’ont vite fait déchanter : « nooon… pas le parking est !!!! c’est des sauvages la-bas, ils vont de dépouiller, te bruler, te digérer… ils y mangent des enfants, ils brulent des voitures, l’année dernière une femme s’est fait violer par une GSXR en chaleur !!! n’y va surtout pas ! »

 

Bol d'Or 2013 - Magny-cours

 

Alors, c’est uniquement de loin que j’ai fantasmé sur le fameux parking est.
J’y devinais l’Afghanistan, j’y voyais des torches humaines, des zombies sortant de sous la terre où ils reposaient depuis l’année dernière, une femme nue y chevauchait une GSXR squelettique et je vous jure qu’elle volait !
J’ai repris un sandwich à la bière.

 

Bol d'Or 2013 - Magny-cours

 

Mais c’était sans compter sur mon courage de reporter de guerre ! ‘suis pas un dégonflé moi !
j’y suis allé au fameux parking est !
Bon, d’accord, c’était le dimanche… après midi…. quand tout le monde partait… et j’ai vu…. mais mes mains refusent de décrire l’horreur, mon cerveau a effacé de ma mémoire ce qu’il a enregistré pour que ma vie puisse reprendre normalement… je soupçonne même mon boitier d’avoir supprimé le peu de preuves photographiés ce jour là… seul reste l’odeur tenace du goudron fondu et de la japonaise en décomposition. Lovecraft, à coté, c’est Walt Disney !
Jamais je ne raconterai ce que j’y ai vu… sauf contre un chèque de 300 € à mon nom, paiement par Pay pal possible… me contacter!

 

Avec les groupes Lady Fuel, Sidi Larsen et Mass Hystéria